Devenir propriétaire

Une maison écologique et économique

Pourquoi construire une maison écologique ? Et surtout, comment s’y prendre ? Les normes et les labels se sont multipliés ces dernières années pour rendre l’habitat, et en particulier la maison individuelle, plus durable, plus écologique et plus vert. Mais à quoi servent-ils ? Et sont-ils vraiment indispensables ? On fait le point sur les différents labels et les indispensables de la maison écologique

22 mars 2021

La maison écologique, une affaire d’économies ?

Une maison écologique est conçue de telle sorte qu’elle permette à ses occupants de réaliser des économies d’énergie. C’est donc d’abord une maison qui est confortable, car elle est conçue pour être facile à chauffer et ne perdre que peu de chaleur. 

Mais une maison écologique, c’est aussi une maison économique ! Sa bonne isolation thermique permet de réaliser de substantielles économies de chauffage.

 Et si son coût de construction peut être supérieur à une maison standard, ce type d’habitat vous fera largement économiser, sur une période de plusieurs années, l’équivalent de ce surcoût à l’achat.

 Investir dans une maison très écologique sera donc une affaire sur le long terme. 

Mais qu’entend-t-on par maison écologique ? Plusieurs approches et appellations sont souvent avancées.

Maison écologique
Vers la maison écologique...

Une maison BBC : pour consommer moins d’énergie

Le BBC, pour Bâtiment basse consommation, est un label mis en place en 2007, avant l’application de la réglementation thermique 2012.

Décerné en France par le Centre scientifique et technique du bâtiment, en partenariat avec l’Ademe, ce label distinguait les bâtiments qui parvenaient à atteindre une consommation inférieure de -80 % à la consommation prévue par la norme qui était alors la RT 2005.

Cela impliquait un travail majeur sur la conception et l’isolation de la maison. A la mise en place du BBC, un logement neuf devait consommer 50 kWhep/m2/an pour être classé : c’est ce seuil qui est devenu la norme en 2013, avec l’entrée en vigueur de la RT 2012.

Après avoir été à l’avant-garde, le BBC est donc désormais la norme.

Une maison passive : un confort sans recourir à l’énergie extérieure

Comme son nom l’indique, une maison passive est une maison qui n’a pas besoin d’énergie extérieure pour être chauffée ou refroidie. C’est l’objectif vers lequel tend la RE 2020, à l’horizon 2050.

L’enjeu de la construction d’une maison passive ? Faire en sorte qu’elle ne nécessite ni chauffage pour l’hiver, ni climatisation pour l’été. Sa conception bioclimatique lui suffit pour assurer le confort thermique de ses habitants, quelle que soit la saison.

Le coût supplémentaire représenté par une maison passive est estimé à 5 à 10 % par rapport à une maison classique. Un budget amorti en une dizaine d’années aujourd’hui, voire moins si le coût de l’énergie électrique continue d’augmenter. Sans oublier les avantages pour la planète ! 

Maison autonome, maison à énergie positive : l’apport des énergies renouvelables

Les matériaux et le plan d’une maison passive constituent une bonne base pour aller vers la maison autonome (qui se suffit à elle-même sur le plan de l’énergie et de l’eau), car les besoins en électricité seront réduits, et donc facilement couverts par une installation de production électrique renouvelable individuelle.

Il est d’ailleurs possible de produire davantage d’énergie que la maison n’en consomme, et de revendre ce surplus. Il s’agit alors d’un bâtiment à énergie positive, ou Bpos : un type d’habitat que la RE 2020 vise d’ailleurs à généraliser.

 

Pour en savoir plus sur les possibilités de réaliser des économies d’énergies sur le long terme, sollicitez votre conseiller Maisons Phénix : les solutions techniques sont nombreuses, les possibilités d’approches et de panachage aussi, pour faire rimer écologie, économies et budget maîtrisé !