Devenir propriétaire

Trouver un terrain de construction : mode d’emploi

Avant de faire les plans et de lancer les travaux de construction il y a un élément primordial dans la réalisation de son projet : le choix du terrain. Nature, emplacement, achat, voici toutes les étapes à suivre pour trouver le meilleur terrain de construction sur lequel bâtir sa maison.

28 décembre 2018

1. Trouver son terrain

Pour trouver un terrain, différentes solutions sont envisageables. La première est de passer directement par un lotisseur ou un constructeur de maisons individuelles. Ces derniers recensent de nombreux terrains constructibles selon sa région de recherche. Même s’ils ne sont pas habilités à vendre la parcelle seule, c’est une porte d’entrée pour trouver l’emplacement et réaliser son projet de construction.

Les notaires ainsi que les agents immobiliers sont également un bon moyen de trouver un terrain à acheter. Ils disposent d’un large portefeuille de produits immobiliers destinés à la vente. On pense également aux petites annonces et à consulter, en mairie, le cadastre qui permet d’identifier les terrains pour ensuite contacter directement les propriétaires. Sans oublier le bouche-à-oreille !

Terrain arborée constructible
Il est important de se renseigner pour savoir si le terrain trouvé est constructible.

2. S’assurer que c’est le bon

Une fois un terrain identifié, il faut se renseigner au maximum pour savoir s’il est tout d’abord constructible et savoir ce qu’il est possible de construire. En effet, selon des communes, certaines règles concernant l’implantation de la construction, son volume ou encore son aspect extérieur sont à respecter. Mieux vaut, au préalable, se renseigner en mairie afin de savoir si ces obligations répondent à votre projet. Il est également nécessaire de consulter, toujours en mairie, les servitudes d’utilité publique qui peuvent limiter l’occupation du sol. En passant par un constructeur, ces éléments sont d’office gérés ce qui permet d’acheter un terrain en toute sérénité. Il n’y a qu’à choisir le bon et se laisser guider.

3. Procéder à l’achat

En fonction du type de terrain  sélectionné, les étapes et les conditions liées à l’achat varient. Lors de l’achat d’un terrain isolé, c’est à dire hors lotissement, le vendeur et l’acquéreur parviennent à un accord et signent une promesse de vente avant la signature de l’acte de vente définitif.

Cette étape n’est pas obligatoire pour l’achat d’un terrain isolé, mais fortement recommandée. Elle peut prendre la forme d’une promesse unilatérale de vente permettant ainsi de signaler que l’on est intéressé par la vente du terrain sans être certain de vouloir conclure la vente. Ainsi l’acquéreur est libre d’acheter ou non le terrain. Si la vente se poursuit, il faudra alors obligatoirement réaliser un compromis de vente engageant ainsi les deux parties. Attention, le droit de rétractation n’est pas prévu lorsque l’on achète un terrain isolé. Ce droit n’est valable que pour les terrains situés dans un lotissement pour lesquels il est possible de revenir sur son engagement dans un délai de 7 jours. Néanmoins, il est possible d’insérer une clause dans la promesse de vente d’un terrain isolé prévoyant ce droit.

Contrairement à un terrain en lotissement, où seule une indemnité de mobilisation n’excédant pas 5 % du prix de vente est réclamée, le prix de vente d’un terrain isolé doit être versé à la signature de l’acte de vente. Dans tous les cas, l’achat d’un terrain doit être parfaitement réfléchi et répondre à toutes vos attentes en terme d’emplacement, d’espace et de prix. C’est la clé d’un projet immobilier réussi.