Vivre ma maison

Remédier aux nuisances sonores extérieures dans sa maison

Les nuisances sonores ont été déclarées « risque environnemental majeur pour la santé physique et mentale » par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2018. Selon le ministère de la Santé, 86% des Français se déclarent gênés par le bruit à leur domicile. Tapage, circulation, animaux… : le point sur ces pollutions sonores qui peuvent gâcher une vie résidentielle, et les réponses à apporter.

 

25 novembre 2021

Nuisances sonores maison
Comment régler les problèmes de nuisances sonores ?

Un enjeu de santé publique

Stress, fatigue, troubles auditifs, fragilités cardio-vasculaires… Le bruit diurne ou nocturne constitue la source de graves problèmes de santé pour de nombreuses personnes. Dans une étude dévoilée en juin 2021, le Conseil National du Bruit (CNB) et l’Ademe estiment à 156 milliards d’euros le coût social du bruit en France.

Une gêne auditive qui a pu être exacerbée par les confinements et le télétravail lors de la crise sanitaire, puisque 57% des Français s’estiment plus sensibles qu’avant à la qualité sonore de leur environnement.*

Nuisances sonores : définition et risques

Si on parle de tapage nocturne entre 22h et 7h du matin, selon la loi, tout bruit répétitif, intense et qui dure dans le temps peut être sanctionné à n’importe quelle heure : ce peut être des nuisances causées par un individu, un objet ou un animal.

Concernant le dimanche et les jours fériés, les nuisances sonores sont souvent réglementées par arrêtés municipaux.

En cas de trouble confirmé par les autorités, le contrevenant s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 450 €.

Bruits de voisinage : quelles solutions ?

Le voisinage est responsable d’une grande partie des nuisances sonores subies au quotidien. Avant d’intenter toute action en justice, parlez-en avec le voisin à l’origine du bruit. Surtout si vous habitez dans une résidence collective ou une maison mitoyenne, car des solutions à l’amiable existent ou sont à trouver, personnaliser :

  • enlever ses chaussures pour réduire les bruits de pas,
  • définir des horaires pour la pratique d’un instrument,
  • poser les appareils électroménagers sur des plots anti-vibratiles,
  • ajouter une couche d’isolant phonique au sol…

La discussion tourne au dialogue de sourds ? Sollicitez l’aide de votre mairie, d’un médiateur ou d’un conciliateur de justice.

Bruits de voitures : comment s’en préserver ?

Face aux bruits de circulation, la seule solution est souvent de renforcer l'isolation phonique de votre maison en :

  • posant des plaques phoniques minces sur les murs,
  • remplacant vos fenêtres par des modèles spécialement étudiés pour réduire les bruits extérieurs,
  • installant des entrées d’air acoustiques, qui bloquent le son tout en assurant une bonne ventilation de la maison,
  • utilisant un kit de capitonnage prêt à poser pour votre porte d’entrée.

Un spécialiste en acoustique d’intérieur peut vous guider dans le choix des options d’isolation phonique.

Réduire aussi les bruits « dans » son logement !

Les nuisances sonores peuvent aussi compliquer la vie à l’intérieur de votre maison. Poser des tapis et rideaux épais, de la feutrine aux endroits de frottement, entretenir vos équipements, voire utiliser de la peinture anti-bruit peut contribuer à absorber les sons et limiter la gêne issue d’une accumulation de petits bruits.

Lors de l’achat de votre équipement électroménager, vérifiez le niveau sonore indiqué en décibels (dB) !

 

Une bonne isolation phonique s’envisage dès la construction de votre maison : depuis le choix du terrain au positionnement des pièces de nuit sur le plan de maison et le niveau d’isolation de votre maison : évoquez votre sensibilité au bruit avec votre conseiller Maisons Phénix, il saura vous conseiller pour faire les bons choix en amont de votre projet de construction.

 

Vous résidez déjà dans votre maison Phénix et l’environnement sonore extérieur a évolué ? Envisagez une amélioration de l’isolation de votre logement avec Phénix Evolution !

 

* Selon une enquête réalisée lors de la crise sanitaire par le Centre d’information sur le Bruit (CidB)