Devenir propriétaire

Premier achat immobilier : les questions à se poser

L’accession à la propriété est un rêve pour beaucoup, que ce soit pour y vivre ou pour obtenir des revenus locatifs. Les primo-accédants peuvent se sentir un peu perdus face aux démarches : rassurez-vous, elles sont simples avec un bon accompagnement, et ouvrent droit à plusieurs aides.

Feuille de route en 3 étapes, d’un premier achat immobilier.

 

08 octobre 2020

1. Investir dans l’immobilier : deux options à envisager

Si investir dans la pierre offre plusieurs avantages, cette démarche peut être réalisée selon 2 approches distinctes, qu’il est important de clarifier dès le début de la réflexion.

 

Acheter pour y vivre : la résidence principale

Quitte à consacrer tous les mois une part importante de son budget pour se loger, autant se constituer un patrimoine en achetant quand il est possible d’emprunter. Sans compter qu’au bout de 20 ou 30 ans, le propriétaire n’aura plus que les charges à régler alors que le locataire continuera de payer au tarif en vigueur. 

Autre atout : être propriétaire permet d’avoir un vrai « chez-soi ». Aucun risque que le bailleur décide de vendre ou de reprendre son bien. Un achat qui rime avec longévité et sérénité.

 

Acheter pour louer : l’investissement locatif

Être propriétaire de sa résidence principale ne convient pas à tout le monde. Pour rentabiliser l’investissement, il faut garder le logement de longues années : au moins 6 ans en zone rurale et jusqu’à 20 ans à Paris.

Au regard de la mobilité professionnelle, certains choisissent de rester locataires, et d’investir dans la pierre pour obtenir un complément de revenus. À l’heure de la retraite, ils peuvent s’installer dans une maison déjà remboursée : quand on vit d’une pension, se libérer des frais de logement est un détail non négligeable.

2. Financer son premier achat immobilier

Une fois les enjeux de l’investissement immobilier déterminés, et le terrain déniché, vient le temps d’aborder la partie financement (avec votre constructeur si vous le souhaitez). 

 

Établir la liste des coûts de son projet immobilier 

Il faut commencer par calculer son budget d’acquisition : au prix du bien, il faut ajouter les frais de notaire, les frais administratifs, sans oublier les taxes, très variables d’une commune à une autre.

 

Évaluer les aides à l’acquisition d’un bien immobilier

Avant de comparer les taux d’intérêt des crédits immobiliers classiques, il convient de faire le tour des prêts aidés.

  • Les primo-accédants qui investissent dans leur résidence principale ont accès au PTZ+. Ce prêt à taux zéro sur 25 ans peut financer jusqu’à 40 % de l’investissement et peut aussi servir d’apport personnel.
  • Les salariés peuvent bénéficier du prêt action logement (anciennement appelé 1 % Logement) d’un montant maximum de 25 000 € sur 20 ans.
  • sous conditions de ressources, il est aussi possible de solliciter le prêt d’accession sociale (PAS) et le prêt conventionné qui peuvent couvrir jusqu’à 100 % du projet immobilier sur 35 ans et ne sont pas cumulables avec un emprunt classique.

 

Comparer les offres de prêt pour finaliser son financement

Enfin, pour compléter son financement, on a recours au crédit immobilier amortissable standard : les taux d’intérêt sont très bas depuis quelques années et la concurrence entre les banques permet d’obtenir des conditions très intéressantes. Attention cependant à ne pas négliger le taux de l’assurance de prêt, même si on peut changer d’assureur par la suite.

 

Acheter pour louer : une aide disponible

Pour ceux qui choisissent d’investir pour louer, le dispositif Louer Abordable ouvre droit, sous conditions, à d’importantes déductions fiscales allant jusqu’à 85 % des revenus locatifs. Les intérêts d’emprunt sont déductibles à 100 %.

3. Repérer les économies pour optimiser son plan de financement

Faire construire sa maison est réputé être la solution la plus économique. Mais de quelles économies s’agit-il et surtout, comment utiliser ce levier pour boucler un plan de financement ?

 

Un budget construction plus malléable

at d’un logement neuf est soumis à des frais de notaire réduits (environ 3 %, contre environ 8 % dans l’ancien), ce qui est un sérieux avantage. De plus, si le budget est trop serré, il existe des solutions pour réduire le coût de la construction.

 

Une maison neuve : un logement évolutif

Se projeter est une autre façon d’envisager des économies lors d’un achat immobilier : par exemple, contrairement à un appartement, une maison peut s’agrandir pour suivre l’évolution de la famille. Même sans se lancer dans des travaux pharaoniques, on peut aménager les combles en suite parentale ou transformer le garage en espace de travail à la maison.  

À l’inverse, un appartement ne grandira pas au rythme du foyer : il faudra prévoir de vendre, acheter (et donc négocier un nouvel emprunt) et déménager pour avoir plus d’espace. Toutes ces opérations représentent un coût financier et de temps à prendre en compte au moment de l’achat et de la négociation du crédit.

 

Des économies d’énergie avec un logement neuf

Au-delà du temps de l’achat, la vie dans un logement neuf peut aussi être source d’économies de chauffage et d’électricité sur le long terme et de valorisation à la revente : des atouts à intégrer à la réflexion de son premier achat immobilier.

Avec la nouvelle réglementation RE 2020, la maison individuelle devient écoresponsable : un critère amené à devenir incontournable à l’avenir.

 

La sérénité d’un bien immobilier dans le temps

Enfin, lors de la remise des clés, une question peut aussi faire la différence : celle de l’usage. Choisir une construction de maison pour son premier achat immobilier permet de bénéficier de 3 assurances :

la garantie de parfait achèvement , 1 an à compter de la livraison ;

la garantie de bon fonctionnement , 2 ans de couverture pour tout l’équipement ;

la garantie décennale, 10 ans de protection.

Très protectrices, ces assurances n’existent que dans le neuf. Dans l’ancien, toutes les réparations sont à la charge du propriétaire. Ce qui suppose un plan de financement moindre pour l’achat, mais un budget travaux toujours un peu estimatif.

 

Saviez-vous qu’avec Maisons Phénix, vous pouvez devenir propriétaire d’une maison neuve pour moins de 100 000 € ? Ce prix TTC inclut le terrain, toutes les garanties d’une construction à la norme NF habitat et tout le savoir-faire d’un constructeur qui a plus de 70 années d’expérience comme bâtisseur de maisons individuelles. Contactez nos conseillers pour en savoir plus et vous guider dans votre réflexion et votre démarche.