Devenir propriétaire

De RT 2012 à RT 2020 : Quels sont les changements ?

Dans quelques mois, la RT 2012 sera remplacée par une norme plus restrictive : la RT 2020. À quoi va ressembler la maison de demain ?

Connu pour être le plus gros consommateur d’énergie en France, le secteur du bâtiment génère beaucoup de gaz à effet de serre. Un constat, couplé à la hausse du prix de l’énergie, qui fait de la performance énergétique des bâtiments un enjeu majeur. Pour réduire la consommation énergétique des logements français, le Grenelle de l’Environnement a mis en place un programme de lutte contre le changement climatique et la maitrise de la consommation énergétique avec notamment la réglementation thermique RT 2012. Cette dernière a pour objectif d’optimiser les ressources énergétiques de votre logement afin de diminuer votre consommation annuelle en énergie (chauffage, climatisation…). Toutes les maisons neuves doivent désormais obéir à cette réglementation afin de diviser leur consommation énergétique par trois et de rendre les bâtiments à basse consommation (BBC). Aujourd’hui, la norme RT 2012 est suivie par la réglementation thermique 2020, qui impose à partir de 2020 la norme BEPOS, c’est-à-dire « des bâtiments à énergie positive ». Une nouvelle norme qui apporte de réelles innovations dans le monde du bâtiment.

21 novembre 2019

Tout savoir sur la RT 2020
Tout savoir sur la RT 2020

RT 2012 : Sur quoi porte-t-elle ?

Depuis le 1er janvier 2013, la norme RT 2012 doit obligatoirement être appliquée aux constructions individuelles neuves et aux extensions de plus de 50 m2. Elle fixe pour ces constructions un seuil maximal de consommation d’énergie primaire (« Cepmax ») de 50kWh/m2/an. Soit une consommation énergétique de classe A. Avec pour objectif de limiter la consommation d’énergie des bâtiments, de diminuer les rejets de gaz à effet de serre, la RT 2012 a également pour but de diminuer les factures énergétiques des ménages français. Cette norme définit cinq postes différents : l’enveloppe du bâtiment, l’étanchéité à l’air, le chauffage, l’eau chaude sanitaire et la ventilation.

Pour répondre aux exigences de la norme RT 2012, vous devez :

  • Recourir aux énergies renouvelables (panneaux solaires, pompe à chaleur…)
  • Soigner l’étanchéité à l’air. Afin de limiter les déperditions, votre bâtiment doit être le plus hermétique possible.
  • Bien isoler l’habitation 
  • Être équipé de protections solaires (à définir selon la zone géographique, l’altitude et l’exposition au bruit).
  • Prévoir suffisamment de surface vitrée. La somme des surfaces des fenêtres doit être supérieure ou égale à 1/6 de la surface habitable. Sans compter que les baies vitrées doivent s’ouvrir sur au moins 30 % de leur surface totale.
  • Équiper les installations de chauffage et de refroidissement d’un système de régulation et d’un système d’arrêt sur les pompes.
  • Traiter les ponts thermiques pour qu’ils ne dépassent pas les 0,28 W/m².K (sauf entre les planchers intermédiaires et les murs : 0,6 W/m².K)
  • Être équipé d’un système permettant de mesurer ou d’estimer la consommation énergétique de votre logement

Autant de critères qui font de votre maison, un habitat responsable et agréable à vivre.

RT 2020 : de nouvelles exigences ?

En 2020, la norme RT 2012 sera remplacée par la RT 2020. Plus que BBC, les bâtiments neufs devront désormais être au minium passif. Alors que la RT 2012 réglementait un plafond de 50 kWh/m²/an, la RT 2020 impose que la production d’énergie soit supérieure à la consommation énergétique. Bien plus qu’une maison dite passive, la maison RT 2020 se veut à énergie positive (BEPOS). Pour ce faire, la réglementation thermique 2020 prend en considération plus de critères que la RT 2012. Aux exigences déjà requises concernant le refroidissement, l’éclairage, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et les auxiliaires, sera ajoutée l’utilisation des différents appareils électriques et électroniques présents dans votre logement comme les ordinateurs ou les appareils électroménagers.

D’autre part, pour produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme, la maison répondant à la norme RT 2020 doit non seulement profiter des sources d’énergie gratuites (centrale photovoltaïque par exemple), mais elle doit également réduire au maximum ses besoins énergétiques. Des solutions techniques pour le toit, les murs ou encore les fenêtres permettent l’accumulation et la restitution de la chaleur, mais aussi la production d’électricité. De quoi consommer moins d’énergie que ce que produit la maison ! Pour ce faire, l’isolation reste bien entendu au cœur du projet. À cela s’ajoute la gestion intelligente de l’énergie rendue possible avec la domotique. Une maison positive qui peut, en dépassant ses besoins, envoyer son surplus énergétique au réseau électrique public.