Devenir propriétaire

Construction de maison individuelle : bien calculer son budget

Construire sa maison neuve est un rêve pour beaucoup de familles. Souvent perçu comme "le projet d'une vie", il demande un accompagnement sans faille et de nombreux conseils aguerris. Pourquoi ? Avant tout pour bien calculer le budget à prévoir et les "petites dépenses" ou "frais annexes" qui doivent être anticipés. Le calcul de ce budget est complexe car il comporte les frais de construction de votre future maison mais aussi l'achat et la viabilisation du terrain sans oublier les frais annexes, notariaux et administratifs. On vous dit tout.

09 avril 2020

Le budget dédié à la construction de la maison

En matière de construction de maison individuelle, plusieurs options sont envisageables. Vous pouvez ainsi faire appel à un architecte qui au-delà des plans peut aussi sélectionner les artisans et superviser le chantier. Vous pouvez aussi directement vous adresser aux artisans avec qui vous signez des contrats d'entreprise. Sachez toutefois que vous pouvez vous exposer à des surcoûts budgétaires, liés à des imprévus.

Pour bétonner votre projet, le plus prudent est de faire appel à un constructeur avec qui vous signerez un contrat de construction d'une maison individuelle (CCMI)-loi 1990. Dans ce type de contrat, pas de surprise, le prix de votre maison est forfaitaire et définitif. S'il y a un quelconque dépassement de budget, il est à la charge du constructeur. Il inclut donc une garantie de prix mais aussi de délai de livraison.

Chez un constructeur, le prix moyen varie suivant le modèle de maison : pour une maison traditionnelle d'entrée de gamme, il est estimé entre 900 à 1000 €/m², et de 1200 à 1500€/m² pour un modèle de maison de moyenne gamme, et de 1800 à 2500 €/m² pour une maison contemporaine. Bien évidemment, ce coût d'une construction de maison individuelle n'inclut pas les frais annexes.

L'achat du terrain, deuxième poste de dépenses

L'achat du terrain reste le principal poste de dépenses après la maison en elle-même. Et là un choix s'impose dès le début : soit vous optez pour le lotissement où les terrains sont bornés, viabilisés et constructibles, soit vous portez votre choix sur un terrain vendu en diffus. Et dans ce cas-là, il vous faudra engager d'autres frais.

D'une façon générale, la moyenne du prix d'un terrain à bâtir en France s'élève à 87 €/m², avec des disparités très importantes entre les régions (47 €/m² en Bourgogne-Franche-Comté et 228 €/m² en Île-de-France). *

A ce prix d'achat, pour un terrain isolé non viabilisé, constructible, il est nécessaire de prendre en compte d'autres frais inévitables :

  • La viabilisation c'est-à-dire le raccordement aux réseaux d'eau, d'électricité, de gaz, de téléphonie...sans oublier l'assainissement (tout à l'égout ou fosse toutes eaux). Comptez autour de 10000 à 15000 euros.
  • Le bornage du terrain afin d'un distinguer les limites, par un géomètre. Comptez de 700 à 1500 euros.
  • Le potentiel accès au chantier si votre terrain est pentu ou éloigné ;
  • L'étude du sol par un sondage réalisé par un géotechnicien. Comptez 1500 euros.

Les frais administratifs et notariaux

Afin d'estimer votre budget global pour la construction de votre maison individuelle, n'oubliez pas de prendre en compte les frais liés à la demande de permis de construire, compris dans le CCMI si vous faites appel à un constructeur. Sinon, basez-vous sur un coût entre 1000 à 5000 euros.

S'ajoutent également les frais de notaire qui constituent entre 7 et 8 % du prix d'achat du terrain.
Si vous n'avez pas signé un CCMI, n'oubliez pas l'attestation RT2012 à produire à la fin des travaux et faite par un diagnostiqueur.

 

Les incontournables taxes

Pris dans leur projet de construction, les futurs propriétaires ont tendance à les oublier. Pourtant, les taxes dont les montants varient suivant les collectivités locales sont inhérentes à toute construction. A commencer par la taxe d'aménagement qui est exigible dans l'année qui suit l'accord du permis de construire.

 

Pensez aussi à

- la taxe de financement du CAUE (Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement),

- la taxe départementale des espaces naturels fragiles,

- la taxe foncière, la taxe d'habitation (même si elle est amenée à disparaître),

- la taxe ou redevance des ordures ménagères,

- la taxe d'assainissement, même si vous n'êtes pas raccordé au réseau public, perçue par l'ASCO (Association syndicale constituée d'office).

D'autres communes instaurent également une taxe de balayage ou une taxe spéciale des établissements publics fonciers

 

 A tous ces frais fixes incontournables dès que vous avez un projet de construction de maison individuelle, s'ajoutent le coût d'aménagement intérieur et extérieur. Mais là difficile de prévoir un budget qui dépend uniquement de vos goûts et de vos besoins en matière de décoration mais aussi d'aménagement paysager.

Sachez néanmoins, que dans le cadre d'un CCMI, votre constructeur doit vous remettre les montants des frais approximatifs pour les peintures, la pose du carrelage... Cette précieuse notice vous permet donc d'avoir une première estimation du budget à prévoir. 

 

*Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/le-prix-des-terrains-batir-en-2018-0